Observatoire des médias sociaux en relations publiques

Recherches et publications

Publications

Livres


 

Capture d’écran 2017-03-17 à 22.14.44Charest, Francine, Christophe Alcantara, Alain Lavigne et Charles Moumouni (dir.) (2017). E-réputation et influenceurs dans les médias sociaux : Nouveaux enjeux pour les organisations. Presses de l’Université du Québec, PUQ, Québec, 364 p.

 

 

 

 

 

Charest, Francine, Alain Lavigne et Charles Moumouni (dir.) (2015). Médias sociaux et relations publiques, Presse de l’Université du Québec, PUQ,Québec, 368 p.

* Prix Argent 2015 de la Société Québécoise des professionnels en relations publiques (SQPRP) dans la catégorie « Reconnaissance communication tactique – Outils de communication».

Charest, Francine et François Bédard (2013).  Les racines communicationnelles du Web et des médias sociaux, Presses de l’Université du Québec, PUQ, Québec, 165 p.

Le lancement a eu lieu lors du Webinaire de l’Obseratoire des médias sociaux en relations publiques qui s’est déroulé dans le cadre du 81è congrès de l’ACFAS le 7 mai 2013.

Brunet, Guillaume, Martin Lessard et Marie-Claude Ducas (2012). Les médias sociaux en entreprise, les comprendre, les utiliser et en tirer profit, Éditions Infopresse, Montréal.

Boussicaud, Ronan et Antoine Dupin (2012). La marque face aux Bad Buzz, anticiper et gérer les crises sur les médias sociaux, Éditions Kawa, France.

Dupin, Antoine (2011). Communiquer sur les réseaux sociaux, FYP éditions. Les méthodes et les outils indispensables pour vos stratégies de communication sur les médias sociaux.

Charest, Francine et François Bédard (2009).  Les racines communicationnelles du Web, Presses de l’Université du Québec, PUQ, Québec, 124 p.

* Médaille 2010 de l’Académie des sciences commerciales françaises, de Paris.

Publications avec comités de lecture


Capture d’écran 2017-03-17 à 22.14.44Charest, Francine et Ema Zajmovic (2017). « Théories et pratiques professionnelles des relations publiques : tendances observées dans le domaine des médias sociaux », dans E-réputation et influenceurs dans les médias sociaux – Nouveaux enjeux pour les organisations, Presses de l’Université du Québec (PUQ), Québec, pp. 281-300.

 

 

 

 

Capture d’écran 2017-06-22 à 21.55.10

Charest, Francine (Juin 2017). « Théories et pratiques des relations publiques dans l’écosystème numérique », paru dans les Cahiers de la Société française des sciences de l’Information et de la communication (SFSIC), no. 14, juin 2017, pp. 52-64.

 

Charest, FrancinPublic Relations Reviewe, Ema Zajmovic et Johanie Bouffard (Novembre 2016). « Public Relations And Social Media: Deliberate Or Creative Strategic Planning ». Public Relations Review. Volume 42(4), pages 530–538
DOI : http://dx.doi.org/10.1016/j.pubrev.2016.03.008.

(Noter que l’article est disponible gratuitement pour la communauté universitaire de l’Université Laval)

 

Couverture du collectif Les écosystèmes numériquesCharest, Francine, Ema Zajmovic et Johanie Bouffard (2016). « La planification stratégique dans les médias sociaux : étude de cas d’une organisation innovante ». dans Les écosystèmes numériques. Paris. Édition Presses des Mines, Septembre 2016. Paru aussi dans Hall Archives ouvertes, EUTIC 2015, Université des Antilles, Martinique, 3 et 4 novembre 2015.

 

 

 

 

Charest, FrancinPublic Relations Reviewe et Johanie Bouffard (2015). « The characteristics of the e-influence of Community Managers: Issues for the e-reputation of organizations ». Public Relations Review. DOI : http://dx.doi.org/10.1016/j.pubrev.2015.02.006. Vol. 41, issue 2, June 2015, pages 302-304.

 

 

 

 

Charest, FranciCapture d’écran 2015-06-20 à 12.28.29ne et Johanie Bouffard (2015). «The Characteristics of the E-influence of Community Managers: Issues for the E-reputation of Organizations» INTERNATIONAL Public Relations Research Symposium (21 ; 2014 ; Bled). Digital publics : new generation, new media, new rules [Elektronski vir] : proceedings of the 21st International Public Relations Research Symposium BledCom, Lake Bled, Slovenia, July 4-5, 2014 / editors Dejan Verčič … [et al.]. – Ljubljana : Faculty of Social Sciences, 2015. PP. 22-30. http://www.bledcom.com/sites/default/files/BledCom_Zbornik1_2014_0.pdf

COUV

Charest, Francine (2015). « L’e-réputation et les animateurs de communauté : enjeux professionnels et organisationnels en relations publiques ». Dans Alcantara, Christophe (dir.), E-réputation. Regards croisés sur une notion émergente, Éditions Extenso, Paris.

francine_anthony_rpCharest, Francine et Anthony Doucet (2014). « Les animateurs de communauté et les professionnels en relations publiques : enjeux sur la e-réputation des organisations », paru sur le site Web de l’Observatoire des médias sociaux en relations publiques. Paru également dans la Revue internationale de communication sociale et publique, numéro 11, juillet 2014, pp 63-80.
bledcom2013-petitCharest, Francine et Anthony Doucet (2014).  « Web 2.0 : Stakes of the e-reputation for Public Relations professionals »,  International Public Relations Research Symposium (20; 2013; Bled), Trust and the new realities,  Lake Bled, Slovenia, June 14-15, 2013.  Editors Dejan Vercic et al., Ljubljana: Pristop 2014. Paru sur le site Web de l’Observatoire des médias sociaux en relations publiques. pp. 108-116. http://www.bledcom.com/sites/default/files/BledCom_Zbornik2013_ web_low-1%5Bsmallpdf.com%5D.pdf
Communication & Organisation, couverture du numéro 43Charest, Francine, Anne-Marie Gauthier et François Grenon (2013). « Appropriation et usages des médias sociaux par les professionnels en communication », sur le site Web de l’Observatoire des médias sociaux en relations publiques. Paru également dans Communication et Organisation, no. 43, 2013, pp. 269-280. http://communicationorganisation.revues.org/4259.
Revista internacional de relaciones PublicasCharest, Francine (2012). « Enjeux professionnels et organisationnels des Relations publiques Web 2.0 », sur le site Web de l’Observatoire des médias sociaux en relations publiques. Paru également dans Revue internationale des relations publiques, Vol. 2, No. 4,  pp 31-50. REVISTA INTERNACIONAL DE RELACIONES PÚBLICAS, Nº 4, VOL. II [Páginas 31-50] 2012.

co41grandCharest, Francine et Anne-Marie Gauthier (2012). « Changement de logique et des Arts de faire dans les pratiques communicationnelles avec les médias sociaux », sur le site Web de l’Observatoire des médias sociaux en relations publiques. Paru également dans Communication et Organisation, no. 41, vol. 4, décembre 2012, pp. 15-25. http://communicationorganisation.revues.org/3696.

Publications Web


Charest, Francine, Anne-Marie Gauthier et François Grenon (2011). « Appropriation et stratégies d’intégration des médias sociaux par les professionnels de la communication » Actes de colloque Médias 011, Y a-t-il une richesse des réseaux? Université Paul-Cézanne, 8 et 9 décembre 2011.

Charest, Francine, Anne-Marie Gauthier et François Grenon (2011). « Comment gérer les commentaires dans les médias sociaux ? », paru sur le site Web de l’Observatoire des médias sociaux en relations publiques, le 14 décembre 2011. Paru également dans la revue Web Regards RP de la Société Québécoise des professionnels en relations publiques (SQPRP), le 15 décembre 2011.

Charest, Francine, Anne-Marie Gauthier et François Grenon (2011). « Processus d’intégration des médias sociaux en dix étapes », paru sur le site Web de l’Observatoire des médias sociaux en relations publiques de l’Université Laval, le 21 juin 2011. Paru également sur le site Web Regards RP de la Société Québécoise des professionnels en relations publiques (SQPRP), le 22 juin 2011.

Charest, Francine, Anne-Marie Gauthier et François Grenon (2011). « Comment intégrer les médias sociaux dans les stratégies en communication à l’intention des professionnels en relations publiques », paru sur le site Web de l’Observatoire des médias sociaux en relations publiques de l’Université Laval, 14 juin 2011. Paru également dans la revue Web Regards RP de la Société Québécoise des professionnels en relations publiques (SQPRP), le 15 juin 2011.

Travaux d’étudiants gradués


Comment planifier son intégration dans les médias sociaux ?

Katherine Duchesne, Étudiante à la maîtrise en communication publique. Graduation officielle en juin 2014.

On peut se questionner sur la pertinence de planifier nos communications sur le Web 2.0 étant donné que nos messages seront modulés au gré de l’humeur de nos publics et de l’actualité. La principale critique à l’égard de la planification — dans le domaine du management, mais cela s’applique très bien au domaine des relations publiques — est qu’elle retarde le passage à l’action, ce qui peut être handicapant pour un gestionnaire qui travaille au sein d’un environnement instable (incluant maintenant le Web social). On peut se demander si une organisation qui n’a pas de réel axe de communication qui transcende tous les supports médiatiques aura, malgré cette souplesse, une instabilité de direction qui finira par la rattraper. À ce propos, plusieurs auteurs des disciplines de la communication et du marketing sont intraitables et insistent sur l’importance, avant de plonger dans les médias sociaux, d’établir des procédures et un plan d’image de marque et de relations avec les clients. Il serait donc intéressant de vérifier le fait suivant :

Est-ce que l’organisation qui planifie sa présence sur le Web a plus de succès que celle, du même genre, qui ne le fait pas? Le projet d’essai consistera à analyser parallèlement deux organisations :

  • l’une qui n’a pas d’objectifs spécifiques d’utilisation du Web 2.0;
  • l’autre qui aura déjà établi des objectifs spécifiques de communication sur le Web social.

Il importera que ces deux organisations soient de même ampleur et que leurs missions respectives soient semblables. Il sera par la suite possible de dégager de bonnes façons de faire en matière de planification pour une entreprise qui souhaite intégrer les médias sociaux.

L’image publique et la responsabilité sociale des entreprises : conscientisation et évolution des pratiques

Sarah Landry, Étudiante à la maîtrise en communication spécialisée en relations publiques. Graduation officielle en juin 2014.

Le projet de recherche qui fait l’objet de mon mémoire de maîtrise porte sur l’image publique et la responsabilité sociale des entreprises. Plus concrètement, la recherche vise à étudier l’utilisation que font les entreprises des stratégies d’image relevant de la responsabilité sociale, au regard du contexte dans lequel évoluent les organisations qui les mettent en place. À cet effet, depuis quelques années déjà, des changements s’opèrent dans l’environnement des entreprises; des changements liés, notamment, à la montée de la conscience collective, à la multiplication des préoccupations sociales, mais aussi, à l’évolution de la nature du jeu concurrentiel. Dès lors, il est possible de supposer que les entreprises s’ajustent, à travers la prise de responsabilités, à ces changements. À la lumière de ces quelques constats, le projet de recherche proposé tente de mesurer les répercussions engendrées par ces trois facteurs de changements caractérisant l’environnement dans lequel oeuvrent les entreprises sur l’utilisation que font ces dernières de la responsabilité sociale.

Dans un même ordre d’idées, il semble devenir primordial pour les organisations de toutes natures de tenir compte de l’environnement qui les entoure en vue de susciter du capital de sympathie à leur endroit, et ainsi, construire une image publique leur étant favorable. D’ailleurs, du fait que les individus sont de plus en plus critiques envers les activités des entreprises et que le paysage médiatique actuel, avec l’expansion des nouvelles technologies de l’information et de la communication, donne lieu à une plus grande transparence, il est devenu plus risqué pour les entreprises d’ignorer leur environnement à travers la poursuite des objectifs organisationnels. En effet, l’information étant devenue encore plus accessible par l’intermédiaire d’Internet et des médias sociaux, les organisations sont maintenant plus susceptibles de se faire démasquer lorsqu’elles se livrent à des activités néfastes pour leur environnement, ou encore, peu éthiques. Considérant cela, les stratégies d’image relevant de la responsabilité sociale, elles-mêmes de plus en plus nombreuses et diversifiées, semblent vouloir répondre à ces nouveaux paramètres sociétaux.

Analyse comparative de l’intégration des médias sociaux dans une organisation publique à l’aide d’un plan d’intégration en dix étapes basé sur une agrégation d’études scientifiques portant sur l’intégration des médias sociaux.

Laurence Jean-Charland, graduation officielle en juin 2014.

Prenant en considération le caractère public d’une organisation, le présent travail aura comme objectif d’affirmer ou d’infirmer que l’intégration des médias sociaux au sein d’une organisation publique nécessite une démarche planifiée et intégrée au plan de communication et au plan global de l’organisation ainsi qu’une modification de la communication organisationnelle afin que ces derniers engendrent les bénéfices pour lesquels ils sont reconnus.

L’administration gouvernementale et municipale, les nouveaux rapports à travers les médias sociaux

Geneviève Daigle-Langevin, juin 2013

« Les relationnistes de l’administration publique québécoise utilisent les médias sociaux davantage pour diffuser de l’information que pour interagir avec leurs publics ».

Dans le travail réflexif qui suit, nous repérerons d’abord les périodes dans l’histoire politique québécoise ayant conduit à ce que certains appellent la nouvelle gestion publique (NPG) et ses effets sur les relations publiques. Pour vérifier notre énoncé initial, nous nous appuierons sur desthéories du champ de la communication interactive pouvant s’appliquer aux médias sociaux. Une attention particulière sera inévitablement apportée auxstatistiques et aux faits recueillis dans des enquêtes récentes traitant del’utilisation des médias sociaux. Nous ferons ensuite quelques observations au sein des comptes Twittter des institutions (x) afin d’analyser concrètement pour quels usages l’administration publique utilise cette plateforme sociale. Enfin, une discussion en regard de nos résultats d’observation et des tendances que pourraient prendre la pratique des relations publiques dans un avenir rapproché viendra conclure ce travail réflexif.

L’appropriation des médias sociaux par les professionnels en relations publiques

Anne-Marie Gauthier, graduée de juin 2012.

En continuelle mouvance, le monde des communications connaît une période de mutations notoire depuis quelques années, ayant entre autres été affecté par la démocratisation d’Internet au milieu des années 1990. Plus particulièrement, le champ professionnel des relations publiques se voit bousculé par les nouvelles réalités communicationnelles du Web social et de l’apparition des médias sociaux.

Au-delà de vouloir bénéficier des nombreuses opportunités stratégiques qui découlent de ces nouveaux canaux d’échange, les professionnels en relations publiques doivent d’abord en saisir l’ampleur, puis en comprendre la logique, les enjeux et les défis.

Institutions et Web 2.0

Mathilde Borde, juin 2012

Le succès récent des médias sociaux sur le Web a bouleversé la notion de contrôle du message dans les stratégies de communication des organisations et des institutions. D’une certaine manière, les organisations ont perdu le contrôle de leurs messages, au sens d’une diffusion unidirectionnelle descendante, au profit des publics qui ont désormais le loisir de s’exprimer, dans le sens d’une communication bidirectionnelle. De fait, pour être performantes dans leurs stratégies Web, les institutions, et plus généralement les organisations, se doivent désormais de sortir de la logique d’émetteur/diffuseur traditionnelle (modèles unidirectionnels de Grunig et Hunt, 1984) et doivent intégrer dans leurs pratiques communicationnelles le désir d’interactivité de l’usager du Web 2.0. Ainsi, la pratique du Web à des fins organisationnelles, telle que nous la connaissons à l’heure actuelle, ne peut plus se satisfaire de la seule diffusion unidirectionnelle de contenu. Elle doit, désormais, faire face à l’afflux d’informations émanant des usagers vers l’organisation et donc, tenter de prendre en compte leurs remarques et leurs commentaires pour ainsi s’approcher du modèle de communication bidirectionnelle symétrique tel que proposé par Grunig et Hunt.

 

Tous ces travaux sont disponibles sur demande sous condition de certaines règles assurant la confidentialité et la propriété intellectuelle.